Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 juin 2015

Toile(s) de Jouy

Carnet de notes.jpg

Désormais je n'achète quasiment plus de presse papier. Tout est en numérique.

Sauf quand il y a de petits goodies qui ne sont distribués qu'avec la version papier, comme c'est le cas (avec le dernier Marie Claire Maison) pour ce petit carnet de notes à l'imprimé signé Manuel Canovas et qui est assorti à des taies d'oreiller que j'ai achetées il y a des années.

Oberkampf.jpg

Cet imprimé façon toile de Jouy faisait écho à un petit article paru dans ELLE cette semaine au sujet de la sortie d'un livre consacré à Oberkampf, fondateur de la manufacture qui s'illustra dans le domaine.

plat-1-oberkampf-toile-de-jouy-100-dpi.jpg

Je me souviens avoir visité le musée de Jouy-en Josas il y a plus de 20 ans, alors que la toile de Jouy opérait à peine son virage vers un certain renouveau et en avoir gardé depuis un penchant pour ses motifs parfois exubérants et parfois désuets. Rien que la couv' de ce livre est pleine de promesses.

lampetoile.jpg

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi, 09 juin 2015

De la poudre au yeux (et plein de liens à la fin)

Maquillage.jpg

Alors, les cosmétiques ? En bonne place sur le podium des arnaques du siècle ?

C'est ce qui venait à l'esprit à visionner le reportage consacré par Envoyé Spécial à ce vaste sujet, et qui présentait notamment un test "scientifique" au sens de réalisé en labo, selon lequel une crème à 3 euros (de chez Lidl, floutée mais reconnaissable) avait un pouvoir d'hydratation, quatre heures après avoir été posée, supérieur à la crème à 65 euros de chez Chanel (floutée elle aussi mais tout aussi reconnaissable à son pot), cette crème Lidl ayant par ailleurs, quelques mois plus tôt obtenu l'un des meilleurs classements du côté du magazine 60 Millions de consommateurs.

Ce reportage, diffusé le 14 mai dernier, et toujours visible dans son intégralité, passait également en revue le maquillage low cost. Avec des conclusions du même acabit, le rouge à lèvres fabriqué en Chine et vendu 3 euros étant, contre toute attente, celui qui contenait le moins de toxiques dans sa composition.

C'est bien d'ailleurs le seul moment dans le reportage où est abordée la question de la composition. Ce qui n'a pas manqué de m'interpeller dès la diffusion, et le malaise que j'ai ressenti alors n'a fait que grandir depuis lors.

Khol Terracotta Guerlain.jpg

D'emblée, je me suis demandé, si, ainsi qu'on nous le laisse entendre, tout vaut tout et si dépenser plus est pur gaspillage, d'où vient qu'AUCUN produit ne puisse concurrencer le khôl Terracotta de Guerlain ? Mais si, ce produit dont je fais grand usage depuis des années (je déplorais déjà il y a près de 5 ans de ne plus le trouver en bronze), qui n'existe plus désormais qu'en noir et dont je crains tant que ce ne soit le signe qu'il ne disparaisse prochainement du référencement de la marque que j'en suis à faire des stocks ?

Ce n'est pas faute d'en avoir cherché un autre. Le seul (et il en existe très peu, ce produit ne se fait guère ailleurs) que j'aie essayé n'avait rien à voir en terme de couleur et de tenue.

D'où vient que je ne trouve aucun produit de remplacement non plus aux Illusions d'ombre de Chanel, même si je déplore d'ailleurs que les dernière sorties n'aient pas la texture tant appréciée des premières du nom ?

Certes, le coût des deux derniers items cités est prohibitifs. Pour de longs mois, voire des années de plaisir d'utilisation, cependant. Et qui ne tient pas qu'au packaging plus valorisant que celui des produits low cost.

SuperDuper.jpg

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi, 22 mai 2015

La claque ou la classe

Inès en couv de ELLE.jpg

Bah, comment dire...

Je ne suis pas emballée par une Inès de la Fressange en culotte qui tire sur son pull comme une gamine en couv' de ELLE.

Et même si la culotte (que l'on ne voit pas) est signée Erès.

Etait-ce bien nécessaire ?

Pas de mettre Inès en couv', c'est une grande amie de ce magazine, avec ou sans Valérie Toranian manifestement et on l'y voit régulièrement. Aujourd'hui, c'est donc la nouvelle directrice de la rédaction, Françoise-Marie Santucci, qui ne tarit pas d'éloges à son sujet dans son édito. Et puis, plus modestement et personnellement, je garde un magnifique souvenir d'une interview d'une adorable Inès, que j'avais réalisée à une époque où, pour moi, ça rigolait pas des masses. Non, mais la pose et surtout la tenue ?

On a déjà eu Sophie Marceau en culotte à Cannes, ça pouvait suffire, me semble. A ce sujet, bravo à Grazia qui a lancé son quotidien disponible en ligne et en PDF sur son site. Un régal. On comprend vite pourquoi quand on regarde les signatures, de Gérard Lefort à Olivier Séguret en passant par Marie Colmant.

Bref, voyant cette couverture de ELLE s'afficher sur mon iPad ce matin, j'ai tiqué. Et pourtant Inès reste mieux foutue que la plupart des filles qui ont 30 ans de moins qu'elle et je ne suis pas bégueule. Alors ? Ben alors, je crois qu'être en culotte à 20 ans en couv' de ELLE, si l'on est actrice ou même femme d'affaires (ce qui est plus la profession d'Inès aujourd'hui que celle de mannequin, sa propension à faire du placement produit à tout détour d'interview étant par ailleurs agaçante, mais ceci est un autre débat) et non pas modèle pour maillots de bain, peut passer pour un péché de jeunesse. Un côté un peu démonstratif (et mes fesses, tu les aimes, mes fesses ?) somme toute pas bien méchant.

Mais à, euh, 57 ans, comme nous l'indique aimablement l'ami Wiki, cela me semble un peu pathétique. Sans doute pas l'idée d'Inès, cette série de photos signée Pamela Hanson et dont le stylisme a été supervisé par Jeanne Le Bault - deux femmes, donc. Sans doute l'idée était-elle d'illustrer au plus près de son sujet cet étrange portrait somme toute assez creux signé de l'actrice et réalisatrice Hélène Fillières, titré "A son corps défendant" et tournant autour de l'obsession et de l'embarras de cette dernière vis à vis de la question du corps. Mais cela n'imposait pas pour autant une couv' en culotte ?

A y réfléchir, j'ai fini par définir ce qui me dérange. La photo claque. Mais pas dans le bon sens du terme. Pour la grande classe on repassera.

Or, plus j'avance en âge, et au-delà de 50 cela devient flagrant, plus ce qui compte selon moi n'est pas de s'interdire tel ou tel vêtement, telle ou telle couleur. Non, la vraie question est celle de l'élégance. Pas une élégance convenue, mais une élégance qui ait du peps, ce qu'Inès sait parfois si bien faire par ailleurs. Or, se balader en culotte, je ne parviens pas à trouver que c'est élégant. Même si on reste "encore" bien foutue.

Inès ELLE mai 2015.jpg

Et quitte à faire du placement produit, y avait matière avec le vestiaire qu'Inès de la Fressange a composé pour Uniqlo. Par exemple.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi, 14 mai 2015

Balade milanaise

Duomo Milan.jpg

Se rendre à Milan, à l'occasion du Salone del Mobile, c'est aussi profiter d'une certaine douceur de vivre, aux abords du Duomo et ailleurs.

Eataly.jpg

L'occasion de déguster des pâtes sans pareilles, et de ramener quelques produits locaux. L'épicerie-primeurs-resto géante, Eataly, avec ses espaces de restauration thématique, vaut le détour. 

Bark.jpg

Photo issue du compte Instagram de @adartee

L'occasion de découvrir Bark, une marque de mode que je ne connaissais pas, au détour d'un de ces "événements" organisés un peu partout dans la ville et auquel nous nous sommes invités sans façons, passant devant. La marque déclinait en jaune fluo son duffle-coat iconique, dans un univers néon comportant même un métier à tricoter.

10 Corso Como.jpg

L'occasion, quatre ans plus tard, d'une nouvelle incursion au 10 Corso Como, toujours aussi pointu en terme de sélection et d'art de vivre.

Prada.jpg

L'occasion d'un peu de lèche-vitrines et d'apprécier l'art du mélange de Miuccia Prada, qui n'a rien perdu en créativité.

Tolix.jpg

L'occasion de constater que si la chaise A de Tolix célèbre certes ses 80 ans cette année, elle demeure une valeur sûre du mobilier contemporain. Ici dans une version revisitée par Bethan Laura Wood à l'occasion de cet anniversaire.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !