jeudi, 06 décembre 2007

Aux bras de Nancy Cunard

518c1da165e1c1a5e7341695c0782938.jpgUn peu comme pour ma note sur les années 40 revisitées dans les 70's, voilà des semaines que je mûris mon billet sur les bracelets. Tout est parti de la Fashion week, lorsque j'ai pris conscience sur le blog de Coco que les bracelets tintinabulants (ces mêmes bracelets qui murmurent aux pieds de Couleur Café, selon Gainsbourg) allaient revenir en force.  Pour preuve, ci contre et ci-dessous, chez Christian Lacroix :

0ac5d0254becb6e25b178a68d2718c2d.jpg

Une photo m'est revenue en mémoire à ce moment précis, celle-ci :

b01ae04083bdd20dc6cb6fc9ca2e2c21.jpg

Il s'agit de Nancy Cunard, photographiée par Man Ray, dans les années 20. Cette photo me fascine depuis longtemps. Par sa modernité, mais aussi pour la personnalité que dégage cette Nancy. D'elle je n'ai jamais su grand-chose, cependant.  J'en étais donc toujours là de ma note, quand est arrivé le magnifique numéro de Vogue de décembre, avec Charlotte Gainsbourg en guest-star. Vers la fin du magazine, elle est là, Nancy Cunard. Avec cette autre renversante photo.

8959cd2eba2216c77332a9455ac4407b.jpg

e8bdde29b5c2603d4dd6566b9ad77cc3.jpgEt toujours ces bracelets. Désormais, grâce à Charlotte, qu'elle "fascine", j'en sais un peu plus sur cette femme hors du commun. Rien que l'accroche du papier de Nelly Kaprielian pour Vogue et on a déjà le tournis : "Poétesse, amante d'Aragon, Tzara, T.S. Elliot, découvreuse de Beckett, modèle de Brancusi et Man Ray, muse de Pablo Neruda, amie d'Hemingway et Picasso, milliardaire engagée pour la cause des Noirs et contre le fascisme..." Sa biographie est récemment parue aux Etats-Unis, et vraisemblablement, elle décoiffe : "Des hommes il lui en pleuvait dans les bras tant qu'elle voulait - et elle en voulait, et elle en a voulu, jusqu'à sa mort en 1965, à 69 ans (ses amants avaient alors 25 ans...). Et elle les trompa tous, peut-être aussi addict au sexe et à la séduction qu'elle le fut à l'alcool, qu'elle consommait par avalanches mais sans aucun laisser-aller, toujours hiératique dans ses manières aristocratiques et les robes Poiret, Worth et Vionnet que sa mère, la richissime Lady Cunard, lui donnait et qu'elle ne manquait pas de paratager avec ses copines "flappers" dans le Paris des années 20." L'article évoque aussi Aragon, qui tenta de se suicider à la fin de leur histoire en 1928 et écrivit pour elle ses plus beaux poèmes, ainsi que le reconnut même la pourtant grande jalouse Elsa Triolet. Nancy Cunard tourna le dos à sa famille pour le musicien de jazz noir américain Henry Crowder, pour qui elle quitta Aragon. C'est à lui qu'elle dut de passer du statut de muse sophistiquée à celui d'activiste politique. Consumée par l'alcool et ses idéaux de liberté déçue, elle sera retrouvée par la police, dans la rue, squelettique, inconsciente et la tête fracassée, le 13 mars 1965. Ni sa famille, ni Beckett, ni Aragon, ni aucun de ses célèbres amants ne sera présent à ses funérailles.

Soit Tout ça n'est finalement pas bien gai. Et ses bracelets, alors ? Ses fameux bracelets étaient d'ivoire africain. Elles les accompagnait de turbans.

d4be256ec01e37dfa4f8053129cbf207.jpg

Nancy Cunard ne portait pas seulement les bracelets à merveille. C'était aussi une adepte du blouson de cuir, en témoigne cette photo prise à Harlem en 1932. Laquelle se passe de commentaire.

a585cbf5e0d45a6685221bec354b98fe.jpg

En vue de l'arrivée de ce printemps, j'ai commencé à rassembler les bracelets. Je sais, ils ne sont pas d'ivoire africain et même en les démultipliant dans un miroir, je suis encore très loin du compte.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

ouah il est genial ce post! c'est rare de decouvrir des personnalites comme celle la...merci! et cette degaine en cuir...1932???1932?

Écrit par : valentinev | jeudi, 06 décembre 2007

Superbe billet, et j'aime bcp tes photos. La Nancy en 1932, mais quel style!
Quand je regarde cette photo, cela me rappelle cette citation que j'adore, de Coco, "la mode se demode, le style jamais"

Écrit par : floinnyc | jeudi, 06 décembre 2007

Bonjour Frieda,
j'ai vu aussi l'article de Vogue. Quelle vie, quel destin ! La photo au blouson de cuir est ma préférée.
Très bonne journée.

Écrit par : Catherine | jeudi, 06 décembre 2007

J'ai lu le Vogue aussi (Balenciaga partout) vu cette photo et lu l'article un peu hypnotisée par le regard de cette fille. Voilà une vraie personnalité, un vrai destin, une vraie dégaine, une vraie vie, de vrais combats. Y'a du people qui devrait en prendre de la graine...

Écrit par : anna | jeudi, 06 décembre 2007

Le bracelet est désormais l'accessoire indémodable! plus qu'un accessoire, tout un art! Et il faut voir le travail que font les artisans africains pour mesurer la chose, que de pièces uniques, que de matières, mais il faut oublier l'ivoire! Perso je porte un bracelet porte-bonheur sénégalais depuis 6 ans, il se porte aussi bien avec un costard qu'avec du casual.. NON MAIS QU'EST CE QUI M'ARRIVE?!!! je parle comme une gonzesse, ou pire.. UN ACH-O-EM-O! Arrrrrgh!!!!! :)

Écrit par : M1 | jeudi, 06 décembre 2007

J'suis d'accord, la Nancy de 1932 avec cuir, bracelet et turban a la classe , c'est le tournant fashion à copier ;) c'est tout de même mieux que (et je me repète) les souspulls, les épaulettes, les tabliers etc... et puis défintivement les robes housses... Moi j'aime bien, mais c'est dit, l'Homme à la maison trouve ça moche !
En revanche, ce look vintage lui plairait plus, sans aucun doute ... et à moi aussi !
pour les bracelets, juste éviter le bling-bling... les tiens sont très jolis !

Écrit par : mariga(z) | jeudi, 06 décembre 2007

Très joli billet. Je connaissais les photos de Man Ray mais j'avoue ne m'être jamais intéressée à ses modèles. J'ai eu tort ! Quel phénomène cette Nancy ! Une vraie diablesse. J'adore ces personnages hors du commun qui brûlent leur vie comme on fume une cigarette.
Merci de me l'avoir fait découvrir. Je crois que je vais me procurer sa bio histoire d'en savoir un peu plus sur ce destin de femme.

Écrit par : misschanel | jeudi, 06 décembre 2007

j'adore ce billet! Oui, je la connaissais sans vraiment la connaître cette Nancy, mais là, sa vie me laisse comme 2 ronds de flan... Tu te rends compte ce palmarès de conquêtes???
Et les bracelets, quelle grâce! Tu as bien raison de t'approprier ce look, c'est magnifique. Moi, je peux pas, incompatibilité avec mon métier... alors que, quand j'étais étudiante, je me balladais toujours avec une floppée de gros bracelets en argent ciselé achetés en Inde: j'adorais.
Par contre, ma Frifri, je t'en conjure, même si tu en trouves des en ivroire: ne les achète pas. J'ai vu de mes yeux le massacre que provoque le marché de l'ivoire en Afrique, c'est révoltant, il ne faut pas cautionner ça, quand bien même ce serait ce qu'il y a de plus beau pour des bracelets ;)

Écrit par : benetie | jeudi, 06 décembre 2007

Que Dieu te bénisse benetie, mais le problème c'est que maintenant, il y a surpopulation d'éléphants, et que des abattages réglementés deviennent nécessaires même pour la survie de l'espèce. Plusieurs pays se dirigent donc vers un circuit d'ivoire très réglementé, grâce auquel frieda pourra avoir son bracelet en ivoire numéroté (donc plu cher) et même connaître le prénom de l'éléphant qui a servi de matière première! la mode comme la nature, trouve toujours son chemin ;)

Écrit par : M1 | jeudi, 06 décembre 2007

Ok pour le bracelet...nonobstant point trop n'en faut non?! Ca peut faire un peu maracasse non?!

Écrit par : dyns | jeudi, 06 décembre 2007

M1: je ne peux que rebondir!!! Oui, CERTAINS pays voient leur population d'éléphants grandir de façon inquiétante, mais seulement certains (comme le Bostwana) où, effectivement, le marché de l'ivoire est réglementé... mais dans d'autres pays (Afrique du SUd), on assiste à un véritable massacre avec braconniers, et tout ce qui est relatif au marché noir, donc, le commerce de l'ivoire COMME celui des diamants, ne sera jamais réellement clair, y'a toujours moyen de bidouiller avec les certif... Dans cette configuration, je préfère m'abstenir... Il faut plus de 50 ans pour repeupler une réserve, et seulement 5 minutes pour abattre un éléphant...

Écrit par : benetie | jeudi, 06 décembre 2007

Quel look moderne cette Nancy Cunard !
Bon, je vais chercher au fond de mes tiroirs, mes bracelets en ébène et ceux en ivoire qu'on m'avait ramenés d'Afrique.

Écrit par : CECILE | jeudi, 06 décembre 2007

Moi aussi j'aime trop les gros bracelets sauf que pour taper sur le clavier de l'ordi c'est pas très pratique.

Sinon je me fais taper si je dis que nancy, certes a la un look de la mort qui tue mais moi elle me fait un peu peur?

Écrit par : Cily | jeudi, 06 décembre 2007

@Valentinev : eh oui, 1932 ! Depuis on invente pas tant de choses ?
@Floinnyc : oui, je crois qu'on peut penser à Chanel, en regardant Nancy !
@Catherine : je ne connaissais pas cette photo. Quelle classe ! Et quelle claque !
@Anna : ça me plaisait de parler de Nancy au lendemain de la peoplelette ELLEsque. C'est autre chose !
@M1 : tu sais que tu causes bien, comme gonzesse ? ;-)
@Mariga(z) : les miens ne bling-blinguent pas trop, heureusement.
@Misschanel : dans le genre, une autre ex de Man Ray, c'est Kiki de Montparnasse. Ce sera pour une autre note !
@Benetie & M1 : je n'avais pas l'intention d'acheter des bracelets en ivoire, d'ailleurs ma photo le montre je crois, ce sont de vulgaires bracelet de bois et de plastique, les miens ! Je suis une sorte de Nancy Cunard au petit pied. Pardon, au petit bras. Cela étant, je pense comme Benetie que parallèlement aux circuits réglementés, toutes les dérives restent à craindre. Dans le doute, je m'abstiens...
@Dyns : t'aimes pas, le murmure des bracelets comme il a dit le grand Serge ?
@CECILE : tu seras top, tu fais péter une photo ?

Écrit par : Frieda l'écuyère | jeudi, 06 décembre 2007

@Cily : non non, tu te feras pas taper ! Elle est impressionnante, je crois que ce sont ses yeux, non ? Elle avait un regard bien particulier, Nancy.

Écrit par : Frieda l'écuyère | jeudi, 06 décembre 2007

Ces photos me font penser à l Afrique (les colonies)
Une autre de Nancy

http://theuglyearring.files.wordpress.com/2007/09/nc.jpg

Vie tumultueuse :

Nancy Cunard, héritière de la célèbre Cunard Line, est née en 1896.Grâce à sa fortune, elle s’installe en France en 1920, oubliant un mariage aussi rapide que malheureux.
Nancy Cunard écrit des poèmes et des pièces de théâtre et, au cours de ses errances, tombe sous le charme d’Aldous Huxley, auteur de célèbres livres dont « Le meilleur des mondes ». Amours orageuses et sans lendemain. Au grè de ses envies ou de ses amants, elle s’installe successivement dans les endroits à la mode, d’abord à Paris à l’hôtel Ritz puis à Boulogne-sur-mer, l’île Saint-Louis, BIARRITZ et à Deauville.Toujours au grè de ses humeurs, brèves rencontres avec Tristan Tzara (fondateur du dadaïsme), Georges Moore, Norman Douglas... et Louis Aragon. C’est avec Aragon qu’elle s’installe, en 1927, à La Chapelle-Réanville dans la maison qu’elle rebaptise «le puits carré». Elle y restera pendant les dix années les plus riches de son existence.
Les dépendances aménagées deviennent le lieu de rencontre du surréalisme. Flot de visites ininterrompu : Solita Solano, Janet Flamer, René Crevel, Georges Sadoul, John Banting, Paul Eluard, Max Ernst, André Breton,tous les surréalistes dont elle est l'égérie.. mais également des amis anglais comme Harold Acton, John Banting, William Bird, un célèbre journaliste américain…
En 1928, Nancy Cunard fonde même une maison d’édition « Hours Press ». Elle installe une énorme presse à bras.Le premier livre paru au "puits carré" : un rapport de Norman Douglas sur les carrières de pierre des Iles Lipari, en 80 exemplaires. D'autres ouvrages suivront :une traduction, réalisée en moins de cinq jours par Aragon, d’un des livres de Lewis Carrol, « La chasse au Snark ». Puis, un recueil de poèmes toujours d’Aragon et des livres pour les causes qu’elle défend : celles des noirs et un mouvement antifranquiste. En 1929, elle allait avoir 34 ans, plutôt que d’affronter un nouvel hiver, décida de transporter Hours Press à Paris
Pendant la dernière guerre mondiale, la maison est d’abord occupée par les Allemands, puis semble-t-il, pillée par les habitants du village. Devant ce désastre, après un classement sans suite de la plainte qu’elle a déposée, Nancy Cunard, désespérée, vend la maison et se réfugie en Dordogne au printemps 1950.
Depuis longtemps, «pour les yeux d’Elsa», Louis Aragon est parti.
Nancy Cunard poursuit ses collections : amants, livres, bouteilles d’alcool et tranquillisants.
« Je travaille à un poème contre toutes les guerres… A boire du vin rouge... » sont ses dernières paroles le 16 mars 1965, date à laquelle elle meurt attachée sur un lit de la salle commune de l’hôpital Cochin à Paris, à 69 ans.

Revenons à nos moutons :
Voilà la classe ! Pour porter tant de bracelets, faut être grande, avoir de grands bras, sinon ça fait vite saucisson !

Par contre, jamais de bracelet en ivoire, non faut arrêter le massacre (il me semble que c est tout de même acquis) .

L été il m arrive d en porter, j aime bien, mélanger!

Écrit par : soffi | jeudi, 06 décembre 2007

Bizarre, version et date differentes pour sa mort !

Écrit par : soffi | jeudi, 06 décembre 2007

bobé c'est le moment ou jamais d'écouter les BANGLES ,non?
http://fr.youtube.com/watch?v=MimmTdn9314
Une danse a remettre au goût du jour pour faire tintinabuler les beaux bracelets de Nancy!

Écrit par : Maquettes | jeudi, 06 décembre 2007

Alors, si j'ai bien compris, je peux ressortir mes bracelets et me la pêter de nouveau avec. Merci Miss Frieda :)

Écrit par : Amylee | jeudi, 06 décembre 2007

Regardez comme c est beau !

Jacques Henri Lartigue, certaines ont pour cadre Biarritz (ville que j aime bien) , les bracelets encore et toujours!

http://hk.youtube.com/watch?v=fdoP_e323fM

Écrit par : soffi | jeudi, 06 décembre 2007

Comme quoi, la mode est un eternel recommencement. Il y en a chez Marc Jacobs pour $3 de toutes les couleurs , je t'en prends combien??????

Écrit par : Anne | jeudi, 06 décembre 2007

Excellente note ! J'ai pris un grand plaisir à la lire. De l'histoire et de la mode. Tout ce que j'aime. Je trouve la vie de cette femme complètement dévastée par une force de vie incroyable. Comme tous ceux qui vivent à plein gaz…je ne suis pas fan de bijoux mais j'avoue que ceux là ont particulièrement retenu mon attention. J'aime beaucoup. Ils doivent se porter facilement. Je vais aller faire un tour du côté des bijouteries…

Écrit par : nina de zio peppino | jeudi, 06 décembre 2007

Nancy Cunard la grande classe merci pour ce billet qui m' a fait voyager à travers le temps. Et puis tes bracelets ca n'est peut être pas de l'ivoire africain mais ils sont terribleuhhh.

Écrit par : Modeandco | jeudi, 06 décembre 2007

En fait, c'est un peu comme les femmes girafes, sauf que ça se situe au niveau des bras, non ?
Comment qu'on pourrait bien l'appeler, du coup ?
Quel animal a de longs bras ?

'tain je sèche...

Écrit par : violette et la femme girafe | jeudi, 06 décembre 2007

Oui, ça me fait tout a fait penser à ça, les femmes girafes !

Le gibbon à de longs bras :

http://www.phuket-safari-travel.com/images/Gibbon_.jpg.jpg

C est pas mal, femme gibbon!

Écrit par : soffi | jeudi, 06 décembre 2007

Chuis comme Frieda et Bénétie, pas d'ivoire, j'aime trop les éléphants ! Le plastique c'est super bien.
Bonne journée.

Écrit par : Catherine | jeudi, 06 décembre 2007

Quel bonheur de lire un peu de Nancy Cunard par ici...
Retrouver avec beaucoup de joie les années Aragon, Tzara, Picasso, Neruda etc.
L'effervescence intellectuelle et artistique à son apogée, le bouillonement de la liberté, l'indépendance rebelle...

Merci. Un bon remède en ce moment pour moi ;-)

Écrit par : Une Princesse | jeudi, 06 décembre 2007

Belle photo de Nancy Cunard, influencé par l'expressionnisme !

Écrit par : Tietie007 | jeudi, 06 décembre 2007

Tu gardes ça pour toi je ne connaissais pas Nancy!

Pour les bracelets j'ai uen petite réserve moi aussi MAIS EN PLASTIQUE!

Écrit par : lavieenrouge | jeudi, 06 décembre 2007

@Soffi : en fait Nancy a été ramassée dans la rue par la police et est morte à l'hôpital après plusieurs jours d'agonie. En revanche, dans le texte que tu as retrouvé on semble dire que c'est Aragon qui est parti.
@Maquettes : c'est top, pour tintinabuler !
@Amylee : tu peux ! Pétons-nous la !
@Soffi : j'aime l'ambiance des photos de Lartigue, je ne m'en lasse pas.
@Anne : toutes les couleurs ! ;-)
@Nina de zio peppino : merci ! L'histoire de la mode est passionnante.
@Mode and co : et pourtant ils ne sont pas chers !
@Violette : je séchais aussi pour la girafe des bras. Et puis Soffi...
@Soffi : bien vu le gibbon !
@Catherine : Nancy version 2008 !
@Une Princesse : ravie de t'avoir proposé une médication qui te convienne ! Cette époque est fabuleuse culturellement parlant.
@Titie 007 : l'expressionnisme, ça ne t'étonnera pas, est l'un de mes courants préférés.
@Lavieenrouge : pour une fois que c'est moi qui te fais découvrir quelque chose ! ;-)

Écrit par : Frieda l'écuyère | jeudi, 06 décembre 2007

il est génial ton billet, j'allais me fendre d'une tirade sur l'ivoire mais c'est fait, restent les félicitations !

Écrit par : domino | jeudi, 06 décembre 2007

MOi j'aime pas les bracelets. Enfin, sur moi. Sur les autres, j'adore, et j'aimerai en porter, mais j'ai de spoignets pas a bracelets, tu vois. Trop fins, peut etre, mais en tout cas, c'est proprement immonde sur moi.
Et pour les éléphants qui surpeuplent certains pays, y'a qu'a voir aux etats Unis, hein.
Bon. Bref.
Le tamanoir, il a pas des longs bras?

Écrit par : Camille | jeudi, 06 décembre 2007

Frieda, je fais mon max pour utiliser des mots et des structures simples pour me faire comprendre, ici ;)
Bentie, c'est plutôt en AFsud que le commerce de l'ivoire est le plus réglementé.

Écrit par : M1 | jeudi, 06 décembre 2007

suffit de porter de l'ivoire vegetal et on nen parle plus...

Écrit par : valentine | vendredi, 07 décembre 2007

Oui Valentine, des bracelets en ivoire végétal, ou alors en Os ou en Cornes.

Écrit par : M1 | vendredi, 07 décembre 2007

@Domino : merci ! Pour l'ivoire, je crois qu'on a fait le tour !
@Camille : le tamanoir, il a un nez à bracelets ou jeme trompe (d'éléphant) ?
@Valentine : voilà ! Tu mets tour le monde d'accord !
@M1 : comme quoi ce ne sont pas les alternatives qui manquent.

Écrit par : Frieda l'écuyère | vendredi, 07 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.