Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 janvier 2010

On vote le 2 janvier 1956

couv.jpg

C'est la façade d'une mairie qui fait la couv' de ce numéro de ELLE du 2 janvier 1956. Un titre interpelle, au bas de l'image : Connaissez-vous votre devoir ? par le président Vincent Auriol. De quel devoir l'ex-président de la République vient-il parler aux lectrices de ELLE ? Les Françaises ont conquis le droit de vote. Elles ont le devoir de voter argumente-t-il sur une double page. Et de rappeler, tout en n'ignorant pas que très souvent les femmes restent à l'écart de la vie publique, qu'elles constituent la majorité du corps électoral.

Vote.jpg

14 millions d'électrices, dont 9.320.000 Françaises sans profession, dont on notera qu'elles se tiennent les bras croisés et non le balai à la main, lequel est bien sûr l'apanage des 200.000 femmes de ménage...

vote 2.jpg

De manière paternaliste, Roger Priouret dresse aux lectrices le portrait du paysage politique français de 1956. Les choses sont allées se compliquant au fil des ans : Si nos grand-mères avaient eu un bulletin de vote, elles auraient eu un choix simple à faire. De leur temps, la bataille politique était un match entre les blancs et les rouges (que l'on appelait bleus en Vendée), entre la droite et la gauche. (...) Aujourd'hui le choix est plus difficile. On retrouve dans les polémiques les vieux mots de droite et de gauche. Mais les électrices et les électeurs sont en présence d'une multitude de listes dont les étiquettes sont mystérieuses et compliqués, et dont les programmes se ressemblent curieusement.

vote 3.jpg

Les candidats aussi, se ressemblent curieusement. Parce que, pour qui sont-elles fermement invitées à voter, ces électrices ? Pour des hommes. Exclusivement. De François Mitterand à Pierre Poujade en passant par Robert Schuman, le costard cravate est roi.

chapeaux.jpg

Mais les femmes aiment les chapeaux. Ceux qui marchent sont en tête les cloches et les "pots de fleurs" enfoncés jusqu'aux sourcils.

chapeaux 2.jpg

Le tailleur de tweed et le rouge à lèvres sont signés Dior.

accessible 1.jpg

La mode 56 sera pratique, jolie et accessible.

accessible.jpg

La Parisienne a fait de la mode sa mode. ELLE l'assure, les modèles sélectionnés dans ses pages sont tous issus des grands magasins et sont les "best-sellers" de l'année.


Accessible 3.jpg

Le loden se ceinture et on n'oublie pas son pyjama.

Accessible 4.jpg

Si on n'opte pas pour des ballerines, on s'en tient à un escarpin à talon de 4 cm.

chemisier.jpg

Celles qui ont de la patience se tricoteront un chemisier classique.

pull surprise.jpg
Celles qui n'en ont pas se tailleront un jumper dans un tissu à côtes.
Bébé 1.jpg

On coud aussi pour son bébé.

Bébé 2.jpg

Les modèles sont américains et les explications figurent en fin de journal.

hôpital.jpg

ELLE a fêté Noël avec 68 enfants de l'hôpital Saint-Louis et dit merci à ses lectrices, qui, invitées en décembre par le magazine à fournir couvertures, boîtes de lait et TSF pour les déshérités, ont répondu en masse.

Chanson.5jpg.jpg

Qui a vendu le plus de disques en 1955 ? Dans l'ordre, ce sont Luis Mariano, Gilbert Bécaud, Georges Brassens, Tino Rossi, Line Renaud, Eddie Constantine, Yves Montand, Dario Moreno, Juliette Gréco et Annie Cordy.

Vivement lundi prochain !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Quelle vision surannée de la femme, j'aime bien ce côté vintage parce que je me rassure ne me disant que les choses ont changées, un peu au moins ?

Et puis revoir la tête de nos politiques de l'époque ! Mon Dieu !! Ils n'ont pas changé eux, par contre: des mecs, quinqua et plus, toujours dans la place !

Écrit par : Océane | lundi, 04 janvier 2010

Je note quand même qu'il y avait presque 1 millions de "patronnes" comme ils disent...
Plus que d'artistes et d'intellectuelles d'ailleurs.
Est-on sures qu'il y en a tellement plus aujourd'hui ?

Écrit par : emanu124 | lundi, 04 janvier 2010

@Océane : surannée mais avec une espèce de désir de bien faire. Et les politiques n'ont pas tant changé, en effet.
@Manu : me suis demandé aussi combien il y en a aujourd'hui. Cela étant, notons les guillemets à patronnes et à intellectuelles...

Écrit par : frieda l'écuyère | lundi, 04 janvier 2010

Je sens que je vais ressortir mon manteau peignoir, bien ceinturé, c'est tellement féminin. Le petit boléro pour enfant me fait penser à ceux que je fais, je retiens l'idée des deux liens.

Écrit par : Anaïk | lundi, 04 janvier 2010

Ah, toujours dans le ton, avec un numéro de janvier !
J'aime bien le politiscope, on dirait un peu un théâtre de marionnettes !!

Écrit par : oriane | lundi, 04 janvier 2010

Rhaaa que j'aime cette rubrique ! mélange de souvenirs, de surprises parfois, et même d'inspiration.
Là j'ai été frappée par le premier chapeau, ou du moins le mannequin : c'est Vanessa Paradis tout craché, non ? la bouche, surtout, mais aussi l'architecture du visage, les pommettes.

Merci Frieda. Et bonne année !

Écrit par : mmarie | lundi, 04 janvier 2010

Voilà un numéro exceptionnel qui transmet l'esprit de l'époque.
Il y avait un désir de bien faire en effet.

Écrit par : L'armadio del delitto | lundi, 04 janvier 2010

13300 artistes pour 103000 religieuses en 1956?
On peut dire qu'en 50 ans, les intellectuelles ont bien baisé la gueule à la religion : )

Pierre Poujade, voilà ce qu'il faut pour la France aujourd'hui : )

Écrit par : M1 | lundi, 04 janvier 2010

Les chapeaux et les silhouettes, tout ça me rappelle une époque que j'aurai bien aimé vivre même si j'ai un penchant pour les années 70.
Très bonne année 2010 Fri!

Écrit par : ithaa | lundi, 04 janvier 2010

Quel parallèle amusant entre ce Elle vintage et un article dans le Elle de la semaine dernière à propos des parents de plus en plus nombreux à souhaiter des filles, les imaginant, entre autres, plus adaptées à la société actuelle. Etonnant ce besoin de passer d'une extrême à l'autre, non ?

Écrit par : Cat | lundi, 04 janvier 2010

On est déjà lundi ... ça alors ... Bon, pour le reste ... j'ai déjà le mal de mer, alors je reviens demain (si ça ne tourne plus ;o)))

Écrit par : Catherine | lundi, 04 janvier 2010

Toujours aussi touchantes les 50's... je ne peux m'empêcher de penser à Audrey Hepburn (j'ai revu Funny Face pendant les vacances)...
C'est depuis là que tout à commencer à changer pour la femme, non ?

Écrit par : marigaz | lundi, 04 janvier 2010

1971 (mon année de naissance) le dorit de vote accordé aux femmes de tous les cantons en Suisse. J'dis ça...
J'ai des goûts de vieille... ballerines, du plissé, mateau attaché (un peu long celui-là), enfin côté mode, côté moeurs et politique, tu penses qu'on aurait drôlement bien vécu :-(

Écrit par : sarah babille | lundi, 04 janvier 2010

Une toute petite question , as tu demandé l autorisation au photographe de disposer de ses photos? On ne sait jamais, n est ce pas??

Écrit par : soffi | lundi, 04 janvier 2010

Tu rappelles fort justement que les femmes ont acquis le droit de vote.Et tu es " chagrinée " par les propos du Président Auriol rappellant que les femmes ont le devoir de voter. Je comprends. Pour ma part je vois une maladresse de cet homme politique.
Considérons le postulat suivant :droits et devoirs sont indissociables. .
Peut-être faudrait-il se poser la question pourquoi Auriol rappelle leur devoir aux femmes ? Peut-être pour qu'elles (les femmes au foyer) puissent revendiquer leur droit de voter auprés de leur époux qui n'aspiraient qu'à avoir une épouse aimante et docile, s'occupant de l'éducation des enfants et de l'intendance du foyer ?
P.S. : ma grand-mére néee au début du 20°siécle a été parmi les prémières à voter et était trés émancipée pour son époque ( travaillait, n'a pas fait un mariage de convenance mais d'amour avec un homme de 7 ans son cadet...)

Écrit par : Stephanie | mardi, 05 janvier 2010

Je suis trop contente de voir la 2e photo de groupe filles, car vois-tu je me suis achetée une paire de gants courts pour mon mariage, car la robe est tirée d'in patron de 1953, et ca me confirme que j'ai bien fait, je suis pile dans la bonne décennie!
(Et sinon bonne année hein, on te souhaite quoi en 2010?)

Écrit par : Baraginie | mardi, 05 janvier 2010

"Mais les électrices et les électeurs sont en présence d'une multitude de listes dont les étiquettes sont mystérieuses et compliqués, et dont les programmes se ressemblent curieusement." Toujours la même rengaine ... les mêmes zozos ... la forme des mecs change mais le fond est le même !

Écrit par : Sunny Side | mardi, 05 janvier 2010

Quel numéro !!! J'aimerais bien que ELLE refasse la même étude du pourcentage des professions des femme aujourd'hui. Quel serait le nombre d'artiste? Et les religieuses? On n'en parlerait même pas certainement... Je suis étonnée par la différenciation entre les femmes de ménage et les bonnes à tout faire!!

Écrit par : isabelle | mardi, 05 janvier 2010

Bravo pour ton blog.
Je suis une lectrice Elle mais que depuis 10 ans. Mais, les photos me rappelle mon enfance quand je regardais les vieux magazines de ma maman...et franchement je trouve ce pull très actuel....
Bonne Année à toi!

Écrit par : pripri | mardi, 05 janvier 2010

Plus de relieuse que d'"intellectuelles", (entre guillemet s'il vous plaît)?! vive les Elles et les femmes d'aujourd'hui ^-^

Écrit par : Smokethorn | mardi, 05 janvier 2010

Superbe article, on sent la vraie journaliste bien planquée derrière la grande blogueuse.
Il n'y a pas si longtemps... et d'ailleurs, si on a bien voulu nous jeter le droit de vote en cadeau, tout reste à faire et sans cesse à refaire (quand tu penses à quoi en sont réduits nos centres de planning familiaux !).

Quand j'étais petite, il y a donc quelques lustres ( hi hi hi ), dans ma classe, j'étais la seule, avec une fillette espagnole, à avoir une maman au travail. Un beau matin, l'institutrice nous a demandé de lever le doigt "uniquement celles qui ont des mamans qui travaillent". Ouai, bref, nous étions deux, moi et Pépita (je me souviens d'elle et de son toutou, un boxer appelé Malabar, comme si c'était hier !).

Un peu méchante, l'instit' de demander : alors, petites filles, et qu'est ce qu'elles font vos mamans ? Celle de Pépita, fraichement arrivée d'une Espagne encore sous la coupe de Franco, lavait les sols chez les bourgeois. La mienne lavait les péchés au sein de la justice prud'hommale.

Comme tu vois, et bien que notre époque tende à présent à traiter les femmes "non actives" d'exception sociétale, c'est encore, comme ça l'était jadis, toujours une affaire de serpillière....

Bisous Frieda !

Écrit par : Cath | mardi, 05 janvier 2010

@Anaïk : j'attends ton interprétation !
@Oriane : dans les 50's il y avait beaucoup de dessins dans les ELLE.
@Mmarie : je n'avais pas fait attention mais il y a quelque chose.
@L'armadio : ce sont mes préférés, avec certains des 70's les tout vieux numéros.
@M1 : je comptais sur toi. Je suis pas déçue :)
@Ithaa : bonne année à toi, Ithaa !
@Cat : d'autant que le chemin des filles n'est pas toujours dépourvu d'embûches.

Écrit par : frieda l'écuyère | mardi, 05 janvier 2010

@Catherine : ça va mieux ?
@Mariga(z) : le droit de vote a dû commencer à faire bouger les choses.
@Sarah : nous on était derrière la Turquie, mais alors vous... Ah ça, y avait pas le feu au lac :)
@Soffi : non, ben non !
@Stéphanie : je ne suis pas chagrinée, je pense perso aussi que voter est un devoir, sans quoi il ne reste que celui de fermer sa gueule. C'est la manière dont la question est abordée, les femmes sont infantilisées, des gamines pouvues d'un bulletin de vote, pour ces beaux parleurs. C'est maladroit, en effet, et révélateur de l'esprit de l'époque. Et beaucoup, d'ailleurs, votaient comme leur mari. Mais il était encore loin, le compte en banque sans autorisation du mari...
@Baraginie : je n'ai pas trouvé de numéro spécial mariage mais aurai peut-être quelques images dans un numéro de printemps. Je te les enverrai. Un patron de 53 ? J'ai très envie de voir tes futures photos !
@Sunny : la démocratie le moins pire etc.
@Isabelle : les bonnes demeuraient chez leur employeur et pas les femmes de ménage, je suppose.
@Pripri : merci, et bonne année !
@Smokethorn : ah oui, ces guillemets, vraiment !
@Cath : et ne parlons pas du dernier sondage sur le partage des tâches... qui fait tache.

Écrit par : frieda l'écuyère | mardi, 05 janvier 2010

Tout-à-fait juste ce que tu rajoutes. Et dire que certaines votent comme leur mari ! Cela me dépasse.

Écrit par : Stéphanie | mardi, 05 janvier 2010

La brunette au chapeau est jolie et le porte bien ! Les religieuses et les intellectuelles sont 2 classes différentes ? Serai-ce que les religieuses ne réfléchissent pas et les intellectuelles ne sont pas concernées par la foi ? Toujours les mêmes divisions, le sectarisme du classement et de l'étiquetage bien français ! Reste à savoir si la femme d'aujourd'hui est plus heureuse, plus épanouie, ou plus "desesparate" ?

Écrit par : moody-blue | mercredi, 06 janvier 2010

incroyable de voir le schéma des femmes selon leur occupation, et de découvrir l'écrasante femme ... sans profession !!! (sans enfant ni balai ou casserole dans les bras, effectivement ^^)

Écrit par : emelire | mercredi, 06 janvier 2010

Écrire un commentaire